Connexion
Volume XXVIII, Numéro 1, Printemps 2003

DE « MEILLEURES PRATIQUES » À « PRATIQUES NOVATRICES »

Éditorial

Yves Lecomte, Développer de meilleures pratiques, p.9


Dossier : De « meilleures pratiques » à « pratiques novatrices »

Louise Nadeau, Le processus d’élaboration des lignes directrices pour de meilleures pratiques : l’exemple des troubles concomitants de santé mentale, d’alcoolisme et de toxicomanie p.37

Heather Stuart, Stigmatisation. Leçons tirées des programmes visant sa diminution p.54

Suzane Renaud avec la collaboration de Yves Lecomte, Guide de lignes directrices pour le traitement des patients atteints de trouble de personnalité limite p.73

José Adolfo Segura, Espace thérapeutique à la maison. Développement d’un dispositif pour effectuer des thérapies familiales à domicile p.95 Brian L. Mishara, Des pratiques novatrices pour la prévention du suicide au Québec :un défi de société p.111

MOSAÏQUES :

Paul Morin, Cécile Michaud, Mesures de contrôle en milieu psychiatrique : trois perspectives pour en guider la réduction, voire l’élimination p.126

Myriam Chrétien, Patrice Connolly, Katherine Moxness, Trouble envahissant du développement : un modèle d’intervention précoce centrée sur la famille p.151

Carl Brouillette, Raymonde Hachey, Céline Mercier, Les soutiens associés au maintien en emploi : perceptions des personnes aux prises avec un trouble mental grave p.169

Louise Saint-Arnaud, Micheline Saint-Jean, Jacques Rhéaume, De la désinsertion à la réinsertion professionnelle à la suite d’un arrêt de travail pour un problème de santé mentale p.193

Martine Vincent, Paul C. Veilleux, Hélène David, Mesures préventives auprès des cocaïnomanes désaffiliés p.212

Jean Toupin, Robert Pauzé, Éric Yergeau, Michèle Déry, Laurier Fortin, Henri Mercier, Enfants manifestant un trouble des conduites et utilisant des services psychoéducatifs : un portrait social, familial et psychologique p.232

Mario Poirier, Le mystère Swedenborg : raison ou déraison ? p.258

Anwar Mechri, Férid Zaafrane, Geneviève Khiari, Leila Gassab, Naceur Mohamed Moussi, Lotfi Gaha, Troubles de l’adaptation : étude clinique d’une population hospitalière tunisienne p.278

TRIBUNE LIBRE :

Louise Mallette, La psychiatrie sous influence p.298




Le processus d’élaboration des lignes directrices pour de meilleures pratiques : l’exemple des troubles concomitants de santé mentale, d’alcoolisme et de toxicomanie
Louise Nadeau

Tout au long de 2001, une équipe de chercheurs et de cliniciens, soutenus par Santé Canada, ont développé des lignes directrices pour les meilleures pratiques relatives aux troubles concomitants de santé mentale et d’alcoolisme et de toxicomanie. Cet article décrit tout d’abord l’importance des meilleures pratiques pour Santé Canada pour ensuite retracer le processus de recherche et de consultation qui a été suivi par l’équipe de rédaction. On espère que ces éléments méthodologiques pourront servir de référence pour le développement de meilleures pratiques pour d’autres problématiques en santé mentale. Cet article ne résumera pas le contenu des lignes directrices pour les meilleures pratiques qui sont l’objet de la monographie, si ce n’est pour illustrer par des exemples ce que l’on veut transme-tre au lecteur.

Retour


Stigmatisation. Leçons tirées des programmes visant sa diminution
Heather Stuart

Cet article examine la stigmatisation et ses conséquences sur les personnes utilisatrices de services en santé mentale. L’auteur présente les résultats de trois programmes d’envergure sur la réduction de la stigmatisation implantés aux niveaux national et international. L’accent est mis sur des expériences du programme pilote canadien de l’Organisation mondiale de la santé de lutte contre la stigmatisation et la discrimination pour cause de schizophrénie (Canadian Pilot Program of the World Health Organization’s Global Program to Fight Stigma and Discrimination Because of Schizophrenia). On en tire des leçons pour de meilleures pratiques en matière de programmes anti-stigmatisation. À ce jour, les expériences suggèrent que les interventions les moins coûteuses sont probablement celles qui visent des sous-populations spécifiques. Des campagnes d’éducation populaire à grande échelle ont été décevantes et ne semblent pas produire de changements significatifs d’attitudes et de comportements. Les approches qui pri-vilégient les contacts avec les personnes utilisatrices de services en santé mentale dans un contexte d’éducation anti-stigmatisation s’avèrent plus prometteuses.

Retour


Guide de lignes directrices pour le traitement des patients atteints de trouble de personnalité limite
Suzane Renaud avec la collaboration de Yves Lecomte

La prévalence du trouble de personnalité limite en clinique externe de psychiatrie, la sévérité des symptômes présentés dont la mortalité potentielle et la difficulté de traiter ces patients souvent récalcitrants justifient amplement un guide de lignes directrices de pratique sur leur traitement. Grâce à une expérience non négligeable acquise dans la création de treize guides de lignes directrices de pratique, l’American Psychiatric Association a produit un guide qui répond assez bien aux exigences scientifiques d’un guide de pratique et qui satisfait presque tous les critères souhaités par l’Association médi-cale canadienne et le comité aviseur des Services de santé publique de l’Institut de médecine américain. L’article décrit les conseils sur le traitement psychothérapeutique et pharmacologique, et les données probantes qui soutiennent ces recommandations. L’article commente et critique aussi le guide.

Retour


Espace thérapeutique à la maison. Développement d’un dispositif pour effectuer des thérapies familiales à domicile
José Adolfo Segura

En s’inspirant d’une démarche ethnographique auprès des communautés autochtones du Sud du Chili, les Mapuches et sa réflexion sur la thérapie familiale et la littérature portant sur l’ethnopsychiatrie, l’auteur propose l’élaboration d’un espace thérapeutique à la maison (ETM) soit un dispositif de thérapie familiale à domicile. L’auteur décrit les diverses étapes de la démarche d’élaboration et de mise à l’essai de ce dispositif.

Retour


Des pratiques novatrices pour la prévention du suicide au Québec : un défi de société
Brian L. Mishara

Le suicide est un problème différent et particulier. C’est un événement rare et multidéterminé qui soulève à la fois des questions déontologiques et pratiques en recherche tout en constituant un événement désastreux consciemment choisi par les victimes. Chacune de ses caractéristiques pose des défis et représente des occasions intéressantes d’innovation. Cet article décrit la spécificité de la problématique du suicide et explique le peu d’innovation dans la prévention du suicide au Québec. À titre d’exemple, quelques pistes possibles d’innovation en suicidologie sont proposées. Il existe au Québec de nombreuses possibilités en matière de prévention du suicide. L’auteur estime que le moment est venu de créer plus de projets novateurs au lieu de continuer à répéter ce qui a déjà été fait (effectuer des recherches sur des variables déjà étudiées et monter des projets traditionnels).

Retour


Mesures de contrôle en milieu psychiatrique : trois perspectives pour en guider la réduction, voire l’élimination
Paul Morin, Cécile Michaud

Cet article résume les propos de deux allocutions prononcées lors du Xème Colloque de l’Association québécoise de réadaptation psychosociale (AQRP) en novembre 2000. Le premier auteur Fisher, se présente comme une personne ayant eu la chance de se rétablir complètement de la schizophrénie. Il cite maints épisodes de son expérience personnelle et s’appuie sur des résultats d’entrevues menées au National Empowerment Center (NEC) auprès de personnes qui se sont rétablies d’une maladie mentale grave. Le deuxième auteur Ahern co-dirige le NEC avec Fisher et est co-auteur de travaux portant sur le rétablissement. Ils présentent ici les constantes de l’approche PACE (Personal Assistance in Community Existence) qu’ils ont développée. PACE favorise une intégration à la communauté en privilégiant une intervention davantage personnalisée.

Retour


Trouble envahissant du développement : un modèle d’intervention précoce centrée sur la famille
Myriam Chrétien, Patrice Connolly, Katherine Moxness

L’intervention précoce auprès des enfants souffrant d’un trouble envahissant du développement (TED) fait consensus. Toutefois, les modèles de services qui en intègrent les multiples composantes sont rares. Il importe en effet de soutenir non seulement l’enfant mais aussi sa famille, d’identifier les besoins de façon précoce et de bien évaluer et diagnostiquer tôt pour offrir une réponse rapide. Cet article propose un modèle de services en cinq phases, soit : l’identification précoce ; le plan de service individuel à la famille ; l’évaluation préliminaire de l’enfant ; l’évaluation diagnostique approfondie et l’intervention. Les deux dernières phases sont conduites en parallèle. Les cinq phases sont élaborées et intégrées dans un modèle dynamique.

Retour


Les soutiens associés au maintien en emploi : perceptions des personnes aux prises avec un trouble mental grave
Carl Brouillette, Raymonde Hachey, Céline Mercier

La réadaptation professionnelle des personnes aux prises avec un trouble mental grave est un domaine souvent délaissé. Malgré leur aspiration à un emploi, la présence de ces personnes sur le marché de l’emploi demeure faible. Le manque de soutien serait un des facteurs explicatifs. Ainsi, le but de cette étude était d’identifier les types de soutiens nécessaires au maintien en emploi de ces personnes. Six (6) participants ont été recrutés suivant une méthodologie qualitative. Dix types de soutiens ont été identifiés et classés selon leur association directe à l’emploi ou au milieu résidentiel et la communauté. En conclusion, les auteurs suggèrent une plus grande implication de la part des intervenants dans l’identification et le développement de soutiens favorisant le maintien en emploi de ces personnes.

Retour


De la désinsertion à la réinsertion professionnelle à la suite d’un arrêt de travail pour un problème de santé mentale
Louise Saint-Arnaud, Micheline Saint-Jean, Jacques Rhéaume

Le but de cette étude est de mieux comprendre les facteurs impliqués dans le processus de réinsertion professionnelle à la suite d’une absence en raison d’un problème de santé mentale. La méthodologie est basée sur des données d’entrevues individuelles colligées auprès de travailleurs qui s’étaient absentés pour un problème de santé mentale, certifié par un diagnostic médical. L’analyse de la trajectoire des personnes permet de saisir l’articulation entre les événements qui ont précédé l’arrêt de travail, le processus de restauration des capacités et les conditions qui favorisent ou empêchent le retour au travail. Cette étude a permis de concevoir l’arrêt de travail et le processus de restauration des capacités comme étant une étape charnière entre le processus de désinsertion et de réinsertion professionnelle et de construire un modèle qui rend compte de la dynamique de l’ensemble des facteurs impliqués.

Retour


Mesures préventives auprès des cocaïnomanes désaffiliés
Martine Vincent, Paul C. Veilleux, Hélène David

Les cocaïnomanes désaffiliés ont un contact précaire avec le réseau d’aide compliquant ainsi la prévention du VIH et des hépatites chez ces personnes. Leur méfiance envers le réseau d’aide et la prise en charge par la société entravent le développement d’une relation porteuse de changements et d’une mobilisation par ces personnes à une réduction des risques. Le manque de coordination entre les ressources crée un autre obstacle. Après une revue de littérature sur la désaffiliation sociale et les risques d’infections virales chez les cocaïnomanes, les auteurs proposent une analyse critique des avenues préventives concernant ces infections. Ainsi, la philosophie de la réduction des méfaits et les programmes aux exigences peu élevées, les interventions d’information, de sensibilisation ainsi que les approches motivationnelles, l’empowerment et la promotion de la santé sont commentés.

Retour


Enfants manifestant un trouble des conduites et utilisant des services psychoéducatifs : un portrait social, familial et psychologique
Jean Toupin, Robert Pauzé, Éric Yergeau, Michèle Déry, Laurier Fortin, Henri Mercier

Les études contemporaines suggèrent que la plupart des enfants qui manifestent un trouble des conduites présentent également des difficultés personnelles et familiales. Ceci est particulièrement vrai pour les jeunes dont le trouble est précoce. L’identification des caractéristiques personnelles et des facteurs sociaux et familiaux de risque et de protection associés aux difficultés sont d’une grande utilité pour la planification des interventions et l’organisation des services à offrir aux jeunes et aux familles du Québec. En conséquence, les objectifs de cette étude sont d’identifier les facteurs sociaux, familiaux et psychologiques qui caractérisent les enfants présentant un trouble des conduites. Pour y parvenir 62 enfants en traitement, âgés entre 7 et 12 ans et présentant un diagnostic de trouble des conduites sont comparés à 36 enfants du même âge sans trouble des conduites. Les résultats établissent que les enfants ayant un trouble des conduites proviennent de familles moins stables et cohésives, ainsi que d’un niveau socioéconomique plus faible. De plus, les enfants ont un réseau de soutien social moins développé. L’étude révèle également que les parents des enfants qui présentent un trouble des conduites utilisent davantage la punition. Enfin, la recherche démontre que les enfants de ce groupe ont une probabilité beaucoup plus grande de présenter un autre trouble extériorisé (66 %) que les enfants du groupe témoin (8 %). L’ensemble de ces caractéristiques distinctives permet de classifier correctement 93,8 % des enfants de l’étude dans les 2 groupes. Les résultats obtenus indiquent l’intérêt d’améliorer les pratiques éducatives des parents, d’augmenter le réseau social de l’enfant et de réduire les conduites d’opposition et d’inattention chez l’enfant. Enfin, la complexité des difficultés relevées chez les enfants et les familles invitent à une intervention professionnelle concertée.

Retour


Le mystère Swedenborg : raison ou déraison ?
Mario Poirier

Dans cet article, l’auteur procède à une analyse clinique du phénomène Swedenborg en examinant la vie extraordinaire du penseur qui a eu une grande influence sur le monde intellectuel et sur la psychologie naissante. L’auteur examine de plus près le cheminement et la contribution colossale d’Emmanuel Swedenborg à plusieurs domaines scientifiques. Enfin, l’auteur s’interroge sur la possibilité d’une maladie psychiatrique chez cet individu surnommé à son époque, le Léonard de Vinci du Nord, l’Aristote de Suède.

Retour


Troubles de l’adaptation : étude clinique d’une population hospitalière tunisienne
Anwar Mechri, Férid Zaafrane, Geneviève Khiari, Leila Gassab, Naceur Mohamed Moussi, Lotfi Gaha

Le concept de facteur de stress et sa relation avec la survenue des troubles de l’adaptation offrent à cette entité nosographique une place toute particulière en clinique psychiatrique. Les objectifs de ce travail étaient de déterminer la fréquence des troubles de l’adaptation en milieu psychiatrique hospitalier et de dégager le profil clinique et évolutif de ces troubles. Il s’agit d’une étude descriptive et rétrospective portant sur 115 patients hospitalisés pour la première fois au service de psychiatrie du centre hospitalo-universitaire de Monastir (Tunisie) pour des troubles de l’adaptation selon les critères DSM-IV. La fréquence des troubles de l’adaptation en milieu psychiatrique hospitalier était estimée à 11,8 %. Ces troubles survenaient chez des patients jeunes (âgés de 16 à 30 ans dans 65,3 % des cas), de sexe féminin (60,9%), de statut professionnel et socio-économique précaire et sans antécédents psychiatriques (59,1 %). L’installation des troubles de l’adaptation était brutale, déclenchée par des facteurs de stress psychosociaux souvent multiples (60,0%), récents (61,7 %) et de sévérité élevée (69,6%). Les tentatives de suicide ont représenté le premier motif d’hospitalisation (53 %). L’évolution des troubles était favorable dans 75,7 % des cas, après une courte hospitalisation (8,2 jours en moyenne). Au terme de ces résultats globalement concordants avec ceux de la littérature, nous soulignons l’intérêt de prévoir un aménagement de lits pour hospitalisation de courte durée offrant un cadre d’accueil, d’observation et de traitement de ces troubles, véritables situations de crise.

Retour


La psychiatrie sous influence
Louise Mallette

L’histoire de la folie et de la psychiatrie a témoigné de l’influence socioculturelle dans la conception, l’étiologie, l’expression et le traitement des souffrances psychiques. Après un bref survol historique, l’auteur porte son attention sur les conditions sociales, politiques et économiques contemporaines et leur influence sur le fait psychiatrique. La prépondérance des valeurs économiques et des « processus économétriques » qui pénètrent de plus en plus l’organisation de l’État, de ses institutions et de la science, favorise l’uniformisation et la fragmentation des conceptions et des traitements. Les théories organiciste et mécaniciste des troubles psychiques ainsi que le traitement des symptômes sans égard à la subjectivité humaine et au social occupent de plus en plus le champ clinique. En conclusion, l’auteur rappelle les dimensions considérées comme les plus déterminantes de changement et de mieux-être des personnes utilisatrices de services de santé mentale.

Retour