Connexion
Articles

Santé mentale au Québec, publication bi-annuelle, a édité son premier numéro (vol. I, no. 1) en septembre 1976. Quelques mois plus tard, le deuxième numéro (vol. II, no. 1) était publié. À tous les six mois, une nouvelle édition est publiée depuis ce temps,. En novembre 2006, la revue publiait son 62e numéro.

A partir du volume IV, no. 2 (1979), Santé mentale au Québec publiait son premier dossier thématique : La femme québécoise. Depuis 1983 (vol. VIII, no. 1), Santé mentale au Québec publie dans chaque numéro un dossier thématique, regroupant les autres articles sous la section Mosaïques.

Santé mentale au Québec adhère à la politique de préserver numériquement ses archives et de les rendre gratuitement accessibles à un public le plus large possible. À cette fin, Santé mentale au Québec a choisi de rendre accessibles tous les articles et les autres documents publiés comme suppléments, sauf les articles et suppléments des trois dernières années disponibles seulement par abonnement ou par achat au numéro.

Santé mentale au Québec peut être consulté par article, par résumé ou par rubrique (éditorial, communication brève, recension de livre sous le titre J’ai lu, tribune des lecteurs et lectrices et événement régional). Il est possible de raffiner la consultation des résumés en utilisant les sous-titres suivants : auteur, numéro, dossier thématique. Pour les articles, la consultation peut aussi se faire à l’aide de mots-clés énumérés dans une liste pré-établie.

Sur le site de la télé-université (UQAM), la consultation des articles sous format PDF peut se faire par auteur, numéro et mots-clés.

Sur le site de Érudit, la consultation gratuite et intégrale des articles sous format PDF (et parfois HTML) peut se faire par numéro d’édition. D’autre part, c’est sur ce site que les articles des trois dernières années peuvent être consultés sous condition d’un abonnement payant.

ARTICLES

Les articles de Santé mentale au Québec ont en règle générale entre 3000 et 5000 mots. Chaque article est évalué anonymement par des lecteurs externes et par le comité de rédaction. L’évaluation est soumise à l’auteur qui doit apporter les corrections demandées avant acceptation finale. Chaque article est aussi révisé linguistiquement et soumis à l’auteur pour son approbation.